Côté vente je suis toujours dans la même logique… en attendant

Je n’ai donc pas fait la Fête de la pêche de vigne à Soucieu en temps qu’exposant, ni celle des Croqueurs de pomme. Par contre, j’ai commencé à livrer « Les fleurs du malt » à Lyon.

Côté maltage, réflexion sur la suite

Quelle type de malterie pour l’avenir ? Seul ou à plusieurs ? Il faut que ma réflexion mûrisse. En tout cas, j’ai trouvé un trieur en CUMA qui va à 3 T/h au lieu de 100 kg/h. Ce pourrait être un choix intéressant pour réduire les investissements. De même, est-ce que le pré-nettoyage effectué n’est pas suffisant ?

Côté production, je serai à 15.000 l produits fin septembre

Le rythme est donc soutenu ... mais je vais devoir m’arrêter pour malter. J’ai produit 1.000 l de bière à la framboise et 600 l de bière au miel, par rapport à 600 l et 400 l en 2006. J’ai eu des soucis sur certains fûts, je suis donc content d’avoir changé de laveuse. Par ailleurs, suite à la visite de Weyermann, je crois que j’ai retrouvé la Soyeuse ambrée, il y a 2 problèmes sur le malt torréfié.

Côté vente, les volumes se maintiennent mais avec une augmentation des fûts

D’ailleurs le w-e qui vient, je n’ai pas assez de tireuses. J’ai fini les 75 cl d’A’Lambic et ….on m’en redemande. Le Royal Hôtel, ça continue, au rythme de 100 bouteilles de 33 cl/ mois. Et puis les commentaires flatteurs :

  • Palais de la bière : continuez comme ça, ne changez rien,
  • De l’autre côté de la rue : ta bière, c’est la rolls royce,
  • De l’autre côté du pont : ta bière c’est vraiment pour la dégustation et avec les verres, c’est une autre ambiance.

Charge de travail élevée ... mais différente

En effet, j’ai pu pour la première fois partir 1 semaine pour voir d’autres choses lors de la restitution de la laveuse de fût : Brasserie d’Uberach, malterie Weyermann, Ferme-brasserie de la Rarécourtoise, M+F fabricant de laveuses de fût, brasserie la Grihète et une fabrique d’aliment. Le bilan est très positif, ça a alimenté ma réflexion dans beaucoup de domaines … mais pas d’aboutissement.

Par ailleurs, avec le cabinet Sitelle, nous avons effectué la dernière visite post-création et nous avons effectué un peu de prospective. En effet, à terme, je ne pourrai pas rester sous le forfait pour différentes raisons. Nous avons donc bâti différents scenarii.

Côté trésorerie et finances, c’est toujours tendu

J’ai donc mis en place un plan pour ramener de l’argent à court terme (càd : subventions CAD, vente de malt en surplus, vente gobelets en plastique et accessoires, fûts de 5 l). J’ai décidé également d’augmenter mes prix de 5 % en Octobre. A long terme, j’ai l’opportunité de vendre un studio à Strasbourg qui pourrait désendetter la SCI et donc réduire mon loyer de la brasserie et donc …